Une lumière éteint

rowan

La perte de grossesse arrive. Pas beaucoup de gens en parlent, et certains le voient comme un sujet tabou. Je suis ici pour briser le silence sur ce sujet, et faire la lumière sur ce qu’il est.

Je savais que j’étais enceinte le jour du poisson d’Avril de 2012. Après avoir un test sanguin confirmer dans à l’hôpital, je suis rentré et fait un test de grossesse à domicile. Ma fiancée à l’époque, étaient ravis. Nous avions toujours voulu un enfant ensemble, et ce serait notre tout premier enfant.

Immédiatement, je suis allé acheter des vitamines prénatales. J’ai installé le ticker, le suivi d’une grossesse, et une semaine par semaine progrès app sur mon facebook. Ma mère m’a acheté “What to Expect When You’re Expecting,” un livre que j’ai lu fidèlement chaque jour. Je lis précisément l’information qui se rapportait à la semaine de gestation ou je me trouvais. J’aimais apprendre sur tout. J’aimais comparant mon petit bébé à tout ce que la taille des fruits, elle était cette semaine.

La première fois que je voyais que l’échographie, j’ai eu les larmes aux yeux. L’OB-GYN avait vu voulait faire une échographie de dating, et ainsi selon l’échographie, le bébé mesurée à 6 semaines 5 jours. Le rythme cardiaque était à 121 battements par minute. Le médecin a dit que tout avait l’air normal.

J’ai montré des photos à ma fiancée à l’époque. Elle était si heureuse! Elle ne voulait pas arrêter jaillissant au sujet de ces belles photos. Elle aimait entendre le battement de coeur avec le doppler foetal que je l’ai acheté. Mon ventre a grandi grand rapidement, et j’ai adoré chaque peu de lui. Je suis allé à la cour de vente et acheté ce que je devais pour l’enfant; une bassinette, une poussette, vêtements pour bébés, et un bain nouveau-né.

La merveille de devenir mères nous consommé. Nous lisons tout ce qu’il y avait à savoir sur la grossesse. Nous avons suivi de près le développement du bébé. En mai, je suis allé à un rendez-OB-GYN à 10 semaines 4 jours. Je ne pouvais pas entendre physiquement le rythme cardiaque, mais le médecin a dit la machine ramassa très bien. Le cœur de mon bébé battait autour de 150 battements par minute.

Dans la matinée du 21 mai 2012, lorsque j’étais seulement quelques heures timide d’être enceinte de 12 semaines, j’ai eu une contraction constante qui ne serait pas arrêter. Je suis allé à la salle de bain et le sang est sorti. Terrifié, j’ai appelé une ambulance. Là, dans une chambre d’hôpital, j’a été examiné, où le médecin m’a dit qu’il ne pouvait pas trouver un battement de coeur, mais que mon col était encore fermé. Quand il est parti, je me suis aperçu que je perdais des caillots. Une infirmière est venue et a dit qu’il ressemblait à une fausse couche. Je me mis à pleurer, et j’ai informé ma famille.

Après près de cinq heures de perdre de grandes quantités de caillots et de sang, je birthed mon petit bébé. Elle était minuscule, un bébé de 4 pouces. Je lui ai donné un baiser et la tenais dans ma main. Puis, je fus conduit à des ultrasons, où je savais que le bébé ne serait pas là. Le technicien de l’échographie et le médecin ont convenu que j’avais perdu le bébé, que tout ce qu’il a été laissé dans mon utérus était caillots et placentaire reste. Après une heure, je saignais encore, donc j’eu une urgence d & c pour enlever les restes placentaires.

On m’a mis dans une chambre travail et l’accouchement récupération, que je trouve à la fois inquiétant encore réconfortant. Dérangeant parce que dans les autres chambres étaient des mères avec leurs enfants vivants, et la salle était entouré par la mère et l’enfant des photos. Réconfortant, parce que je me sentais validé comme une mère qui a donné naissance, même si cet enfant était si petite, et n’a pas survécu. Il y avait un ange d’une infirmière avec moi, une belle blonde, qui m’a écouté exprimer ma douleur et de chagrin. Je ne me suis jamais son nom, mais je me souviendrai toujours de sa bonté.

Je fus envoyé à la maison. J’ai apporté mon bébé à être incinéré, mais elle était si petite qu’il n’y a pas de cendres restées. Je transporter néanmoins une petite urne symbolicly, et j’ai eu un enterrement pour elle. Je me suis alors planté un arbre magnifique rose lilas à un sanctuaire à Perth, Ontario afin qu’elle puisse se développer comme Rowan aurait.

Mon époque fiancée et moi pleurent toujours notre petite fille à ce jour. Elle aura toujours une place spéciale dans nos cœurs.

La douleur de perdre un bébé ne ressemble à aucun autre dans le monde. Il est la pire douleur qui existe. Il est si terrible qu’il n’y a pas de mot pour un parent qui a perdu un enfant, comme il est pour une veuve ou un orphelin. Voyant les femmes enceintes en même temps que vous, leurs bébés, ont des ventres dodus et en bonne santé, fait vous mal pour votre enfant. les appels de l’hôpital de téléphone pour planifier votre 5 mois échographie et de vous inscrire pour les cours prénataux, des rappels douloureux. Les gens attendent de vous déplacer, mais la vérité est, vous ne faites jamais.

Je suis reconnaissant d’avoir mes deux bébés arc en ciel. Je me demande ce qu’il aurait été comme d’avoir tous les trois de mes bébés ici, pour les regarder jouer, enseigner eachother, apprendre ensemble. Je dis à mes enfants de leur sœur aînée, parce que je pense qu’il est important qu’ils sachent. Je parle toujours de Rowan, parce que sa mémoire est tout ce qui reste d’elle.

Si vous avez perdu un enfant, rappelez-vous que vous n’êtes pas seul. 1 à 4 femmes ont perdu un enfant à la perte de la grossesse. Mon hôpital a eu la gentillesse de me fournir des brochures et des dépliants pour le soutien de la douleur. Si vous sentez que vous avez besoin, atteindre et obtenir de l’aide. Vous êtes mère à un ange …. vous avez porté un dans votre ventre, et dans vos bras. Tu es belle.

~*~

Pregnancy loss happens. Not many people talk about it, and some see it as a taboo subject. I am here to break the silence about that subject, and shed some light on what it’s like.

I found out I was pregnant on April Fool’s Day in 2012. After having a blood test confirm in at the hospital, I came home and did a home-pregnancy test. My fiancee and I at the time, were ecstatic. We had always wanted a child together, and this would be our first child ever.

Immediately, I went out and bought prenatal vitamins. I installed the a pregnancy tracking ticker, and a week by week progress app on my facebook. My mother bought me “What to expect when you’re expecting,” a book I read faithfully every day. I read specifically the information that pertained to the week of gestation I was in. I loved learning about everything. I loved comparing my little baby to whatever size fruit she was that week.

The first time I saw that ultrasound, I had tears in my eyes. The OB-GYN I had seen wanted to do a dating ultrasound, and so according to the ultrasound, the baby measured at 6 weeks 5 days. The heartbeat was at 121 beats per minute. The doctor said that everything looked normal.

I showed the photos to my then-fiancee. She was so happy! She would not stop gushing about those beautiful photos. She loved hearing the heartbeat with the fetal doppler that I bought. My belly grew big quickly, and I loved every bit of it. I went to yard sales and bought what I needed for the child; a bassinette, a stroller, baby clothes, and a newborn bath.

The wonder of becoming mothers consumed us. We read everything there was to know about being pregnant. We followed the baby’s development closely. In May, I went to an OB-GYN appointment at 10 weeks 4 days. I could not physically hear the heartbeat, but the doctor said the machine picked it up just fine. My baby’s heart would beat around 150 beats per minute.

In the morning of May 21st, 2012 when I was just a mere hours shy from being 12 weeks pregnant, I had a constant contraction that wouldn’t stop. I went to the bathroom and blood came out. Terrified, I called an ambulance. There in a hospital room I was examined, where the doctor told me he couldn’t find a heartbeat, but that my cervix was still closed. When he left, I realized that I was losing clots. A nurse came by and said it looked like a miscarriage. I began to cry, and I informed my family.

After nearly five hours of losing large amounts of clots and blood, I birthed my little baby. She was a tiny, 4-inch baby girl. I gave her a kiss and held her in my hand. Then, I was taken to ultrasound, where I knew the baby wouldn’t be there. The ultrasound technician and doctor agreed that I had lost the baby, that all there was left in my uterus was clots and placental remains. After an hour, I was still bleeding, so I had an emergency d&c to remove the placental remains.

I was put into a labor and delivery recovery room, which I found both disturbing yet comforting. Disturbing because in other rooms were mothers with their living children, and the room was surrounded by mother and child photos. Comforting, because I felt validated as a mother who gave birth, even if that child was so small, and didn’t survive. There was an angel of a nurse with me, a beautiful blonde, that listened to me express my sorrow and heartbreak. I never got her name, but I will always remember her kindness.

I was sent home. I brought my baby to be cremated, but she was so small that no ashes remained. I nevertheless carry a small urn symbolicly, and I had a funeral for her. I then planted a beautiful pink lilac tree at a sanctuary in Perth, Ontario so that it can grow like Rowan would have.

My then-fiancee and I still mourn our baby girl to this day. She will always have a special place in our hearts.

The pain of losing a baby is unlike any other in the world. It is the worst pain that exists. It is so terrible that there is no word for a parent who has lost a child, like there is for a widow or an orphan. Seeing women pregnant at the same time as you, have their babies, have plump and healthy bellies, makes you ache for your child. Phone calls from the hospital to schedule your 5 month ultrasound and to sign you up for prenatal classes, painful reminders. People expect you to move on, but the truth is, you never do.

I am grateful to have my two rainbow babies. I wonder what it would have been like to have all three of my babies here, to watch them play, teach eachother, learn together. I tell my children about their older sister, because I feel it’s important that they know. I still speak of Rowan, because her memory is all that is left of her.

If you have lost a child, remember that you are not alone. 1 in 4 women have lost a child to pregnancy loss. My hospital was kind enough to provide me with brochures and pamphlets for grief support. If you feel you need it, reach out and get help. You are mother to an angel….you carried one in your womb, and in your arms. You are beautiful.

0f7e2b6b87b0a3dbc6e5718dbc4445bd

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s