Prendre son avenir en main

21432872_10212614579632325_3384386791824875470_n

Il est difficile d’entreprendre un nouveau projet, en particulier lorsque vous êtes une mère célibataire. Vous vous demandez quand vous trouverez le temps de faire n’importe quoi. Mais lorsque vous êtes à la maison, sans emploi, et qu’il n’y a pas de père pour aider la famille … vous n’avez pas le choix.

Garderie. Vous devrez envisager de mettre vos enfants dans la garderie si ils sont trop jeunes pour aller à l’école. Certaines mères refusent de retourner à l’école et de retourner au travail jusqu’à ce que le plus jeune soit à l’école, ce qui est bien. Si vous pouvez vous le permettre, plus de puissance pour vous. Malheureusement, toutes les familles ne peuvent pas faire cela. Surtout dans les États, les mères ne peuvent pas compter sur leurs parents, le gouvernement ou même le père pour aider à payer le coût de la vie. Donc, ils sont forcés de retourner au travail. Que vous choisissiez de retourner au travail ou à l’école, la garderie peut constituer une étape importante pour que cela se produise.

Travail. Si vous voulez retourner au travail, vous pouvez toujours revenir à votre ancien emploi. Sinon, parcourez. Recherchez des emplois proches de la maison et où vous êtes qualifié. Vous êtes plus susceptible d’être embauché si vous rencontrez toutes les pré-requis.

École. Si vous n’avez pas terminé l’école secondaire, il est important de retourner à l’école et d’obtenir votre GED. Si vous avez, vous voudrez peut-être élargir vos connaissances et être certifié. Vous pouvez aller à l’école professionnelle, au collège communautaire ou même à l’université. Peu importe la taille de vos enfants, il est important qu’ils vous voient réussir et travailler dur dans la vie. Vous êtes un modèle positif pour votre enfant.

Il est facile de procrastiner et d’avoir peur de l’échec. Cependant, surtout lorsque vous avez peu de vie comptant sur vous, il est important de tirer sur la plus haute étoile. De cette façon, vous pouvez assurer un avenir meilleur pour vous et votre famille.

~*~

It’s hard to take on a new project, especially when you’re a single mother. You wonder when you will ever find the time to do anything. But when you’re at home, unemployed, and there’s no father to help support the family….you don’t have a choice.

Daycare. You may have to consider putting your children in daycare if they’re too young to go to school. Some mothers refuse to go back to school and back to work until the youngest is in school, which is fine. If you can afford it, more power to you. Sadly, not every family can do that. Especially in the states, moms can’t rely on their parents, the government, or even the father to help pay for the cost of living. So, they are forced to go back to work. Whether you choose to go back to work or school, daycare can be an important step in making that happen.

Work. If you want to go back to work, you could always get back to your old job. If not, browse away. Look for jobs that are close to home, and where you are qualified. You are more likely to get hired if you meet all of the pre-requisits.

School. If you haven’t finished high school, it’s important to go back to school and get your GED. If you have, you may want to expand your knowledge and get certified. You can go to vocational school, community college, or even university. No matter how young your kids are, it’s important for them to see you succeed and work hard in life. You are being a positive role model for your child.

It’s easy to procrastinate and to be afraid of failure. However, especially when you have little lives counting on you, it’s important to shoot for the highest star. That way you can assure a better future for you and your family.

Advertisements

La réalité de photographier des enfants

Image may contain: 3 people, people smiling, people sitting, tree, child, grass, outdoor and nature

La réalité de photographier les enfants, c’est que ce n’est jamais facile. Comme la talentueuse photographe Ursula Noircent vous le dira, c’est presque impossible.

Dans notre cas, nous avons eu un enfant en bas âge et un enfant. Mon plus âgé ne voulait rien à faire avec des photos, et je voulais juste rester par le photographe, jouer avec les accessoires ou courir. Mon tout-petit était plus coopératif, mais même elle a commencé à errer pour poursuivre sa soeur, toucher l’herbe ou approcher le photographe.

Prenez tout cela en compte, il y a les adultes. Ils clignotent, parlent, ils se détournent pour attirer les enfants, ils ajustent les vêtements, ajustent leurs cheveux. Ils font tout cela souvent bien quand l’appareil photo est sur le point de prendre une photo. Cependant, au moins les adultes suivent souvent les indications.

Cette photo illustre parfaitement combien il est difficile de prendre une photo d’une famille. Aucun membre de la famille ne coopère dans cette photo. Cela arrive, et c’est sûr que ça fait un gémissement hilarant!

~*~

The reality of photographing children, is that it’s never easy. As the talented photographer Ursula Noircent will tell you, it’s nearly impossible.

In our case, we had a toddler and a child. My eldest wanted nothing to do with photos, and just wanted to remain by the photographer, play with the props, or run around. My toddler was more cooperative, but even she began wandering away to chase after her sister, touch the grass, or approach the photographer.

Take all of that into account, there are the adults. They blink, talk, they turn away to tend to the children, they adjust clothing, adjust their hair. They do all of this often right when the camera is about to snap a photo. However, at least adults often follow directions.

This photo perfectly illustrates how hard it can be to take a photo of a family. Not a single family member is cooperating in this photo. It happens, and it sure makes a hilarious blooper!

Caption this!

Êtes-vous bon en sous-titrage de photos? J’ai un défi pour vous: sous-titre cette photo!

L’histoire derrière la photo: Ma mère merveilleuse et douée prenait des photos familiales de tous. Mon plus jeune enfant avait de belles fleurs dans ses cheveux. Tout au long de sa marche, de son enfance et de son assise, le bandeau a continué à baisser. Il est tombé dans ses yeux, et ma mère a cassé cette photo juste au moment où un adulte s’apprêtait à aider. Vous pouvez voir son expression de légère confusion à son incapacité à voir. Si adorable!

21371161_10212605629688582_1070051988379828912_n

Are you good at captioning photos? I have a challenge for you: caption this photo!

The story behind the photo: My wonderful and talented mother was taking family photos of everyone. My youngest child had beautiful flowers in her hair. Through all her walking, crawling and sitting, the headband kept lowering. It fell into her eyes, and my mother snapped this photo just as an adult was about to lend a helping hand. You can see her expression of slight confusion at her inability to see. So adorable!

Raising daughters right

Image may contain: 1 person, smiling, sitting

I keep seeing articles over and over about how millenials are doing this, millenials are doing that. The articles are almost always negative, and contradictory. An article will say that millenials are spending their cash irresponsibly, another will say they are killing restaurant chains. So which is it? Are they supposed to spend money on luxuries to save these buisinesses or be responsible with their money?

I want to bring up another hypocrisy: our society. It’s broken, oppressive to anyone who isn’t a straight white rich male, and more and more people are pointing that out. They are later insulted for pointing out the flaws in society and suggesting fixes. This is what is wrong with the world. You’ll see the glorification of the teen “Cash Me Ousside” girl, but you’ll never hear of children in other countries that excel for their age and invent life-saving devices. This is also what’s wrong with society. Uneducation is praised, and educated, intelligent individuals are brought down.

I have two daughters. I am horrified at all the sexism that I see every day, even in a developed country. It’s disgusting. It’s impossible to shelter girls from the magazines and even childhood stories that have very skinny characters. The women and girls are often smaller than the men and boys. This provides an unrealistic body-image for girls early on in life, which is psychologically damaging in itself.

Even in the clothing aisle, boys clothes are inches wider and longer than girls’ clothes of the same age. Everything is gendered, pink and purple for girls and blue and green for boys. Some even have sexist titles on superhero shirts and regular gender-stereotypical shirts such as “bossy like mommy”, “handy like daddy”, etc. Society tends to need to label everything, and that includes encouraging and even forcing boys to wear “masculine” clothing and “act masculine” (toxic masculinity), and forcing girls to wear “feminine” clothing and to “act like a lady”. This teaches little girls and little boys that if they fit outside that “role”, they are undesirable and abnormal. Many children and even adults get bullied and ridiculed for being “outside of the norm”. It’s so bad that a mom had to make her own clothing line.

Not to mention the inequal rights that men and women have. There is still a large pay gap. Gal Gadot made $300,000 for her role as wonder woman, while Man of Steel made $1.4 million. They are the pay gap. Men can parade around shirtless and expose their useless nipples, but women cannot do the same, not even be shirtless to breastfeed. Even little girls are told to cover up when they have no breasts at all. Even women and girls who don’t wear a bra under their shirts are told they are violating the dress code and to change, when men don’t face this discrimination.

There is also slut-shaming that runs rampant. Men are praised for having multiple sexual partners, even if it’s in one night. However, if a woman sleeps with more than one person in a year, she is shamed for being a slut, easy, promiscuous. When a woman is attacked, she is asked what she did to provoke it, even if she is a minor child. When a woman has been domestically abused, she is told that it was her fault. When she has been raped, she is asked what was she wearing, and if she “led him on.” When a woman is raped by her husband, she is told that it isn’t rape. When a child is raped and her adult rapist convicted, he doesn’t face jail time. When men report rape, they are laughed at and the case often doesn’t make it to court. This society is disgustingly sexist, misogynist, and victim-blaming.

Add that to people demonizing trans men and women, the LGBTQIA community, people of color being discriminated against and killed, feminists told that they are men-hating and want to remove men’s rights, and women having less rights than corpses.

In this damaged society, how are we supposed to raise our baby girls? My answer is simple. Personally, I intend to combat the hate in this society, with love and activism. I teach my girls that they are great the way they are. I don’t push them towards gender stereotypical things, I let them choose what they want. I don’t encourage their goal to be a princess only, but to be who they want to be. I inform them of their rights. I stand up for their rights. But most of all, I teach them love. I teach them to love themselves and one another. I teach them that their bodies are beautiful the way that they are. I tell them that they look beautiful the way they are. I tell them that they are amazing girls. If one day they came out as trans, lesbians, queer, etc. that I would love them either way. A mother’s love is unconditional. I teach them that the LGBTQIA community exists, and I don’t cover their eyes when two women or two men kiss. I answer their questions accurately and honestly. I am raising two little girls that may one day be women. I am raising them to be strong, full of love, and aware of their rights. I am raising them to respect and to be kind to everyone. I am raising them to treat everyone equally. To my daughters; I am the change that I want to see in the world, and I will fight until my dying breath to make society see you as equals.

~*~

Je continue de voir des articles encore et encore sur la façon dont les millénaires le font, des millénaires le font. Les articles sont presque toujours négatifs et contradictoires. Un article indiquera que les millénaires dépensent leur argent de manière irresponsable, un autre dira qu’ils tue les chaînes de restaurants. Alors, qui est-ce? Sont-ils supposés dépenser de l’argent sur les luxes pour sauver ces buisinesses ou être responsables de leur argent?

Je veux soulever une autre hypocrisie: notre société. Il est brisé, oppressant pour quiconque n’est pas un mâle blanc droit et riche, et de plus en plus de gens le soulignent. Ils sont ensuite insultés pour souligner les défauts de la société et suggérer des corrections. C’est ce qui ne va pas avec le monde. Vous verrez la glorification de l’adolescente “Cash Me Ousside”, mais vous n’aurez jamais entendu parler d’enfants dans d’autres pays qui excellent pour leur âge et d’inventer des dispositifs qui sauvent des vies. C’est aussi ce qui ne va pas avec la société. L’éducation est louée, et les individus instruits et intelligents sont abattu.

J’ai deux filles. Je suis horrifié par tout le sexisme que je vois tous les jours, même dans un pays développé. C’est dégoutant. Il est impossible d’abriter les filles des magazines et même des histoires d’enfance qui ont des personnages très maigres. Les femmes et les filles sont souvent plus petites que les hommes et les garçons. Cela fournit une image corporelle irréaliste pour les filles au début de la vie, ce qui est psychologiquement dommageable en soi.

Même dans l’allée du vêtement, les vêtements pour garçons sont plus larges et plus longs que les vêtements pour filles du même âge. Tout est genre, rose et violet pour les filles et bleu et vert pour les garçons. Certaines possèdent même des titres sexistes sur des chemises de super-héros et des chemises stéréotypées classiques, telles que “bossy like mommy”, “handy like daddy”, etc. La société a besoin d’étiqueter tout, ce qui inclut encourager et même obliger les garçons à porter “masculin” «Habillement et« acte masculin »(masculinité toxique) et oblige les filles à porter des vêtements« féminins »et à« agir comme une femme ». Cela enseigne aux petites filles et aux petits garçons que s’ils s’insèrent à l’extérieur de ce «rôle», ils sont indésirables et anormaux. De nombreux enfants et même des adultes sont intimidés et ridiculisés pour être «en dehors de la norme». C’est si grave qu’une maman devait faire sa propre ligne de vêtements.

Sans parler des droits d’inégalité que les hommes et les femmes ont. Il existe encore un écart de rémunération important. Gal Gadot a fait 300 000 $ pour son rôle de femme merveilleuse, tandis que Man of Steel a réalisé 1,4 million de dollars. Ce sont les écarts de rémunération. Les hommes peuvent défiler sans chemise et exposer leurs mamelons inutiles, mais les femmes ne peuvent pas faire de même, même pas être sans chemise pour allaiter. Même les petites filles sont invitées à se cacher quand elles n’ont aucun seins. Même les femmes et les filles qui ne portent pas de soutien-gorge sous leurs chemises sont informées qu’elles violent le code vestimentaire et qu’elles changent, alors que les hommes ne font pas face à cette discrimination.

Il y a aussi une honteuse qui s’exerce. Les hommes sont loués d’avoir de multiples partenaires sexuels, même si c’est une nuit. Cependant, si une femme dort avec plus d’une personne dans une année, elle est honteuse d’être une salope, facile, promiscueuse. Lorsqu’une femme est attaquée, on lui demande ce qu’elle a fait pour la provoquer, même si elle est un enfant mineur. Lorsqu’une femme a été maltraitée au pays, on lui dit que c’était sa faute. Quand elle a été violée, on lui demande ce qu’elle portait, et si elle «l’a conduit». Lorsqu’une femme est violée par son mari, on lui dit que ce n’est pas un viol. Lorsqu’un enfant est violé et son violeur adulte est reconnu coupable, il n’est pas confronté à la prison. Lorsque les hommes signalent un viol, ils se font rire et le cas souvent ne le rend pas à la cour. Cette société est dégoûtantement sexiste, misogyne et victime.

Ajoutons que les personnes qui diabolisent les hommes et les femmes trans, la communauté LGBTQIA, les personnes de couleur étant victimes de discrimination et de tuer, les féministes ont déclaré qu’elles sont horribles et veulent supprimer les droits des hommes et que les femmes ont moins de droits que les cadavres.

Dans cette société endommagée, comment sommes-nous censés élever nos bébés? Ma réponse est simple. Personnellement, j’ai l’intention de lutter contre la haine dans cette société, avec amour et activisme. J’enseigne à mes filles qu’elles sont superbes comme elles le sont. Je ne les pousse pas vers des choses stéréotypées de genre, je leur laisse choisir ce qu’ils veulent. Je n’encourage pas leur objectif à être une princesse seulement, mais à être ce qu’ils veulent être. Je les informe de leurs droits. Je défends leurs droits. Mais surtout, je leur apprends l’amour. Je leur apprends à m’aimer les uns les autres. Je leur apprends que leur corps est beau comme ils le sont. Je leur dis qu’ils sont superbes comme ils le sont. Je leur dis qu’ils sont des filles incroyables. Si un jour, ils sortaient comme trans, lesbiennes, bizarres, etc., que je les aimerais de toute façon. L’amour d’une mère est inconditionnel. Je leur apprends que la communauté LGBTQIA existe, et je ne couvre pas les yeux lorsque deux femmes ou deux hommes s’embrassent. Je réponds à leurs questions avec précision et honnêteté. Je soulève deux petites filles qui peuvent un jour être des femmes. Je les soulève pour être fort, plein d’amour et conscient de leurs droits. Je les encourage à respecter et à être gentil avec tout le monde. Je les encourage à traiter tout le monde de façon égale. A mes filles; Je suis le changement que je veux voir dans le monde, et je vais me battre jusqu’à mon souffle mourant pour que la société vous considère comme égale.

Mom bullying

nursing

You thought that bullying only happened on the playground, with only kids and teens doing the teasing? Think again.

With all of the mom wars going on; silky vs crunchy, working vs stay-at-home, breastfeeding vs formula, etc. it’s not hard to believe that mothers also get bullied. Countless stories go viral several times per week about moms being harassed, bullied, even having a gun pointed at them.

Despite all of these, according to research, exclusion is the worst form of bullying. We are all social animals, it’s a basic human need. Solitary confinement is used as punishment in psychiatric hospitals, jails, prisons and more. In the movie Cast Away, madness driven by solitude is highlighted as the main character speaks to a ball in an effort to keep his sanity intact. These are just a few examples proving how detrimental social exclusion can be.

It is especially troubling among new mothers. When a woman has a child, friends fall away, lose interest, and stop inviting her to outings. They become on different paths of life, and their priorities are different. What is a mother to do? Without anyone to reach out to, she remains isolated and house-bound. She may make efforts to make friends that are also moms to avoid going stir-crazy. However, with the rise of mom wars, it’s very difficult to find even one mother that parents in a similar way that you do. When you do find that mother, you may not have anything in common outside of parenting. What are you to do?

One of the cruelest bullying instances I have witnessed is other mothers purposely excluding new mothers. They don’t say “it takes a village,” just for the fun of it. It does take a village, and not everyone has family that lives nearby. Single mothers especially need to connect to friends, if nothing else, to remain sane and healthy. Being ignored by multiple mothers, despite being helpful, open, and social; is just unacceptable. The worst kind will ignore the new mother until it is convenient for them, like when the bullied mom offers to help the bully. Then, they will go back to ignoring and excluding the first time mom. I don’t understand how someone who understands what it’s like to be in that position, can lead someone on like that. Someone who freshly birthed a new life and has no idea what to do and is a whole mess of hormones, shouldn’t have to suffer socially as well.

Sometimes I wonder….maybe the mothers that bully like that, were fortunate enough to have nearby family help them through those tough first few months. Maybe they had the good fortune of having friends that already had children. Maybe they hired a nanny, babysitters, nurses, and more to help them out. Maybe the bullies are too priveledged to develop the understanding that not everyone is so lucky. Maybe they are too sheltered to understand that there are people less fortunate than themselves. So maybe when they see a new mom struggling, they toss their heads, wondering why she is having such a hard time? When the bullies had help where the new mother didn’t, this apparently justifies social exclusion.

I suppose that when you have to do everything yourself, you aren’t seen as the superhero that you are. You aren’t recognized to be the strong, independent, amazing mother that you are. That is wrong. That is unacceptable. That is deplorable.

What can you do? There isn’t much you can do, except let go. Let go of those toxic people. Let go of the expectations that everyone will act like a decent human being. Stop wasting your time on people who don’t deserve it. Understand that you can’t do it all alone, and that’s okay.

When you see those moms with the perfectly coiffed hair, their designer outfit, strutting around with their husband; be proud of your messy hair, your sweatpants and your sneakers. Those moms got the time to do their hair, makeup, outfits, and social time-outs thanks to their husbands. You, as a single mom, are working twice as hard as any couple. With your two children, you work twice as hard as the nuclear family with two children. The couple can split the workload in half; but you do the entire workload yourself. You reap twice the reward. You spend twice as much time with your children. You learn twice as much. You gain twice as much strength.

To the underdog, to the bullied mom, the excluded mom, the mom who doesn’t have it all together, the single mom, the mom that doesn’t follow the latest parenting trends….I salute you. You are my hero. Best of all, you are your child(ren)’s hero.

Rock on.

~*~

Vous avez pensé que l’intimidation ne s’est produite sur le terrain de jeu, avec seulement les enfants et les adolescents faire la taquinerie? Pensez à nouveau.

Avec toutes les guerres de maman continuent; Soyeux vs croquant, le travail vs séjour à la maison, l’allaitement maternel vs formule, etc, il n’est pas difficile de croire que les mères aussi obtenir intimidés. D’innombrables histoires deviennent virales plusieurs fois par semaine au sujet des mères étant harcelées, intimidées, même avec un pistolet pointé sur eux.

Malgré tout cela, selon la recherche, l’exclusion est la pire forme d’intimidation. Nous sommes tous des animaux sociaux, c’est un besoin humain fondamental. Le confinement solitaire est utilisé comme punition dans les hôpitaux psychiatriques, les prisons, les prisons et plus. Dans le film Cast Away, la folie conduite par la solitude est mise en évidence comme le personnage principal parle à une balle dans un effort pour garder sa santé mentale intacte. Ce ne sont là que quelques exemples qui prouvent que l’exclusion sociale peut être préjudiciable.

C’est particulièrement troublant chez les nouvelles mères. Quand une femme a un enfant, les amis tombent, perdent de l’intérêt, et cesser de l’inviter à des sorties. Ils deviennent sur des chemins différents de la vie, et leurs priorités sont différentes. Qu’est-ce qu’une mère à faire? Sans personne pour atteindre dehors, elle reste isolée et maison-liée. Elle peut faire des efforts pour faire des amis qui sont aussi des mamans pour éviter d’aller stir-crazy. Cependant, avec la montée des guerres de maman, il est très difficile de trouver même une mère que les parents d’une manière semblable que vous faites. Lorsque vous ne trouvez cette mère, vous pouvez ne pas avoir quelque chose en commun en dehors de la parentalité. Que faites-vous?

L’un des cas d’intimidation les plus cruels dont j’ai été témoin est d’autres mères qui excluent délibérément de nouvelles mères. Ils ne disent pas «il faut un village», juste pour le plaisir. Il ne faut un village, et tout le monde n’a pas de famille qui vit à proximité. Mères célibataires surtout besoin de se connecter à des amis, si rien d’autre, de rester sain d’esprit et en bonne santé. Être ignoré par de multiples mères, en dépit d’être utile, ouvert et social; Est tout simplement inacceptable. Le pire type ignorera la nouvelle mère jusqu’à ce qu’il est commode pour eux, comme quand la mère intimidée offre d’aider l’intimidateur. Ensuite, ils vont revenir à ignorer et à l’exclusion de la maman première fois. Je ne comprends pas comment quelqu’un qui comprend ce que c’est que d’être dans cette position, peut conduire quelqu’un sur comme ça. Quelqu’un qui a fraîchement donné naissance à une nouvelle vie et n’a aucune idée de quoi faire et est un désordre ensemble d’hormones, ne devrait pas avoir à souffrir socialement ainsi.

Parfois, je me demande … peut-être les mères qui intimident comme ça, ont eu la chance d’avoir la famille à proximité les aider à travers ces premiers mois difficiles. Peut-être avaient-ils la chance d’avoir des amis qui avaient déjà des enfants. Peut-être qu’ils ont embauché une nounou, des baby-sitters, des infirmières, et plus pour les aider. Peut-être les intimidateurs sont trop priveledged de développer la compréhension que pas tout le monde est si chanceux. Peut-être sont-ils trop abrités pour comprendre qu’il ya des gens moins chanceux qu’eux-mêmes. Alors peut-être quand ils voient une nouvelle maman en difficulté, ils jettent la tête, se demandant pourquoi elle a un tel moment difficile? Lorsque les intimidateurs avaient de l’aide là où la nouvelle mère ne le faisait pas, cela justifie apparemment l’exclusion sociale.

Je suppose que lorsque vous devez tout faire vous-même, vous n’êtes pas vu comme le super-héros que vous êtes. Vous n’êtes pas reconnu pour être la mère forte, indépendante, étonnante que vous êtes. C’est faux. C’est inacceptable. C’est déplorable.

Que pouvez-vous faire? Il n’y a pas grand chose que vous puissiez faire, sauf lâcher prise. Lâchez ces gens toxiques. Laissez aller les attentes que tout le monde agira comme un être humain décent. Arrêtez de perdre votre temps sur les gens qui ne le méritent pas. Comprenez que vous ne pouvez pas faire tout seul, et c’est bien.

Quand vous voyez ces mamans avec les cheveux parfaitement coiffés, leur costume de créateur, se pavanant avec leur mari; Soyez fiers de vos cheveux sales, de vos pantalons de survêtement et de vos baskets. Ces mamans ont eu le temps de faire leurs cheveux, le maquillage, les tenues, et les délais sociaux grâce à leurs maris. Vous, en tant que mère célibataire, travaillent deux fois plus fort que n’importe quel couple. Avec vos deux enfants, vous travaillez deux fois plus fort que la famille nucléaire avec deux enfants. Le couple peut diviser la charge de travail en deux; Mais vous faites vous-même toute la charge de travail. Vous récoltez le double de la récompense. Vous passez deux fois plus de temps avec vos enfants. Vous apprenez deux fois plus. Vous gagnez deux fois plus de force.

À l’aveugle, à la mère intimidée, à la maman exclue, à la maman qui n’a pas tout cela, à la maman célibataire, à la maman qui ne suit pas les dernières tendances parentales … Je vous salue. Tu es mon héros. Le meilleur de tous, vous êtes le héros de votre enfant (s).

Rock On.

Extended Exclusively Pumping Awards

I have noticed that online, there was a trend going for breastfeeding awards. A few years ago, I even saw awards arise for exclusively pumping. What I noticed is that there weren’t any for beyond 2 years, or even beyond 3 years. Later, one site made awards for 25 months to 35 months, yet still no awards for beyond 3 years of age. I took it upon myself to make awards for beyond 3 years, using the template of exclusivelypumping.com‘s awards.

The gap between the 35 months and 37 months, is because the 3 year pumping award already exists may times over as 3 years. Same for the 4 year pumping award.

~*~

J’ai remarqué que en ligne, il y avait une tendance va pour les prix de l’allaitement maternel. Il ya quelques années, j’ai même vu des prix découlent exclusivement de pompage. Ce que j’ai remarqué, c’est qu’il n’y en avait pas au-delà de 2 ans, voire au-delà de 3 ans. Plus tard, un site a fait des prix pour 25 mois à 35 mois, mais toujours pas de récompenses pour au-delà de 3 ans. J’ai pris sur moi-même pour faire des récompenses pour au-delà de 3 ans, en utilisant le modèle de awardspumping.com.

L’écart entre les 35 mois et 37 mois, c’est parce que la bourse de pompage de 3 ans existe déjà mai fois plus de 3 ans. Idem pour le prix de pompage de 4 ans.